AVATAR Éditions Diffusion

Souvenirs et Réflexions d’une Aryenne

C’est en Grèce, à Athènes, berceau de la civilisation  euro­péenne et en Inde, cœur de l’aryanité originelle que Savitri Devi a, en majeure partie, rédigé son auto­biographie, entre 1968 et 1971.

Pendant que la postmodernité matérialiste, issue de Mai 68, s’installait dans un Occident sans repères idéologiques et que les apôtres du Matin des magiciens inauguraient un national-socialisme ésotérique surnaturel issu de l’Ailleurs, Savitri Devi dédiait son autobiographie à l’Ahnenerbe, l’Institut créé par Heinrich Himmler en 1935.

Loin des certitudes de sa jeunesse, l’auteure n’hésite pas, dans ses réflexions, à réaliser, sa propre autocritique et à s’interroger sur la nature même du régime hitlérien, opposant vision aristocratique et vision démocratique.

Femme seule et libre, parcourant le monde, sans descendance, Savitri Devi, loin d’être une « prêtresse », combat le règne de la quantité, c’est-à-dire la démographie humaine galopante, visant à aliéner la Terre. Savitri Devi privilégie la Vie à l’humain. Et si l’humain n’a plus de raison d’être, Savitri Devi en appelle à la fin de cette humanité, qui permettrait le recours du lion au cœur de la forêt. Elle retrouve sa quête du paganisme ancestral dans l’hindouisme et rêve à une Nature libre et implacable, comme moteur de l’humanité.

Lisez Savitri Devi sans préjugés. Elle n’était attachée à rien, ni à personne. Aujourd’hui, elle frappe à la porte de votre curiosité. Ouvrez-lui sans hésiter.


Partager
Quitter la version mobile